Observatoire européen des think tanks Think tanks and civil society : because ideas matter

Accueil > Nos activités > Conférences > 66% des européens ont une opinion négative de la Commission européenne

66% des européens ont une opinion négative de la Commission européenne

Retour sur l’enquête du Pew Research Center

28 mai 2014

A l’occasion de la publication du « pew 2014 EU survey », l’Amcham, en partenariat avec l’Observatoire des Think Tanks, a eu l’honneur et le plaisir d’accueillir Bruce Stokes, directeur du programme économique mondial du Pew Research Center, afin d’y présenter en détail les résultats de cette enquête européenne.

Conférence : l’Europe et les européens à l’Amcham.

Présentations faites de l’AmCham, de l’Observatoire des think tanks et du Pew Research Center, l’intervention de Monsieur Stokes s’est déroulée en deux étapes. Dans la première partie Bruce Stokes a présenté de façon globale les résultats de l’enquête du Pew puis, dans la seconde partie, ont été abordées, dans le cadre des questions/réponses avec le public, les conditions méthodologiques qui ont concouru à la réalisation de l’enquête.

1- Ce sondage a été mené dans 7 pays de l’Union Européenne (France, Allemagne, Grèce, Italie, Hollande, Espagne et Royaume uni) du 7 mars au 9 avril 2014 auprès de plus de 7000 personnes. Il révèle en substance que l’année 2014 est marquée par un rebond fragile de l’image de l’Europe.

Fragile car si de 2013 à 2014, le pourcentage d’européens favorables à l’Union européenne est passé de 46 à 52%, la défiance des européens envers les institutions de l’UE se situe à un niveau élevé (par exemple, 66% des personnes expriment une opinion négative sur la Commission européenne). L’absence de lien avec l’UE mise en avant par les sondés, notamment Italiens et Grecs, qui ne sentent pas que leurs voix comptent à Bruxelles, est ce qui souligne le plus cette fracture.

Bruce Stokes a expliqué que, de son point de vue, si le regain d’intérêt pour l’UE est principalement dû à l’amélioration globale de la situation économique en Europe, le scepticisme à l’encontre des organes parlementaires est une constante consubstantielle des pays sondés.

Parmi les multiples constats du rapport, les européens valorisent l’idée d’une Europe source de paix durable, soutiennent l’Euro (72 % en Allemagne, 68% en Espagne, 64% en France et seulement 44% en Italie) mais ne croient pas que la prospérité économique proviendra de L’UE (Chiffres particulièrement criant dans les pays du sud comme l’Italie et la Grèce).

L’Italie, puissance économique et culturelle de la zone euro, incarnera la nouvelle source de préoccupation au sein de l’UE dans un avenir proche pour Bruce Stokes. En effet, outre le désamour des Italiens pour l’Euro et leur souhait d’un retour à la lire, 74% d’entre eux pensent que l’Europe a affaibli leur pays. Le plus inquiétant étant leurs sentiments très négatifs à l’égard les minorités comme les roms (85% d’opinion défavorable) qui illustre une cassure très nette entre des citoyens européens et le projet européen ainsi que les possibilités de repli sur soi de certains pays.

2- Bruce Stokes n’a pas éludé les nombreux écueils méthodologiques de ce genre de sondage (absence de panel propre, dilemme quant au choix de l’outil de récolte des questionnaires etc.) affirmant d’ailleurs que « celui qui dit que le sondage est une science va dans la mauvaise direction ». Dans ce contexte, les résultats de ce sondage exhaustif seraient surtout des indicateurs de tendance.

En conclusion de la conférence, l’intervenant a apporté un éclairage transparent sur le fonctionnement du Pew Research Center, son financement par le Pew Charitable Trusts d’émanation conservatrice à l’opposé de son positionnement non partisan qui se traduit par un relatif désintérêt du financeur à contrôler l’orientation des travaux des équipes du Pew.

Cela représenterait donc un avantage par rapport au fundraising qui imposerait le choix et la réalisation d’études plus commerciales afin de satisfaire aux attentes des financeurs constituant ainsi un frein à une certaine liberté d’action par l’autocensure dans le choix de sujets plus atypiques.

Rapport complet (en anglais) :
http://www.pewglobal.org/files/2014/05/2014-05-12_Pew-Global-Attitudes-European-Union.pdf

Questionnaire et résultat (en anglais) :
http://www.pewglobal.org/files/2014/05/2014-05-12_Pew-Global-Attitudes-European-Union-Topline.pdf

Executive summary (en français) : http://www.pewglobal.org/files/2014/05/EU_14_summary_of_findings_FR.pdf

Suivez-nous !

Copyright Observatoire des think tanks - Powered by SPIP, Feat.B_HRO - Mentions légales