Observatoire européen des think tanks Think tanks and civil society : because ideas matter

Accueil > Think tanks > Généralités > Les think tanks en question(s)

Les think tanks en question(s)

4 septembre 2009

Selim Allili, Président de l’OFTT, répond aux questions du site darwineo.com dans un entretien à but de vulgarisation intitulé les think tanks en question(s).

Darwineo : Peut-on définir en quelques phrases ce qu’est un think tank ?

SA : Il est difficile de définir précisément ce qu’est un think tank en une seule phrase. Mais s’il l’on devait définir un cadre général, je dirais qu’un think tank est un organisme permanent dont la vocation première est de fournir des solutions innovantes de politiques publiques.

On y voit généralement le mélange entre le monde industriel privé d’une part, et des considérations économiques et politiques publiques d’autre part. Est-ce légitime, particulièrement en ces temps où l’on dénonce souvent l’immiscion de l’un dans l’autre, et l’accaparement par quelques acteurs de l’industrie et de la politique d’un pouvoir considérable ?

Cette question recouvre deux problèmes bien distincts à savoir la volonté de lobbying tout à fait légitime de certains grands groupes qui cherchent à défendre leurs intérêts et d’autre part le recours à des structures de type think tank pour mener à bien ces opérations de lobbying.

S’il est vrai que de nombreux think tanks ont été créés par des industriels fortunés pour investir le monde des idées, il serait en revanche faux de croire que ces derniers utilisent les think tanks comme des lobbys au service de leurs entreprises. Des cabinets de lobbying existent pour cela et sont le plus souvent bien plus efficaces. Par contre, cela ne signifie pas que ces think tanks ne cherchent pas à véhiculer certaines valeurs. Au contraire, ces derniers se constituent la plupart du temps autour de valeurs fortes (par exemple : liberté d’entreprendre, diminution du poids de l’Etat dans l’économie, etc....).

Il est important de distinguer les deux approches.

Quel rapport y’a t-il alors entre un groupe de pression, un lobby,et un think tank ?

Pour faire simple je dirais qu’un lobby ne peut se dire think tank alors qu’un think tank peut utiliser les méthodes de lobbying.

Le travail d’un think tank est avant tout de développer une expertise dans un domaine particulier (économie, fiscalité, santé publique, relations internationales etc...) c’est ce qui le distingue fondamentalement d’un cabinet de lobbying. Néanmoins, une fois ce travail de proposition accompli, le think tank doit "faire savoir" auprès des décideurs la teneur de ses travaux et c’est ici que les méthodes de lobbying peuvent intervenir. Mais établir un parallèle entre lobby et think tank serait une erreur d’analyse.

Comment le pouvoir politique et l’opinion publique les perçoivent-ils ? On dit notamment que la plupart des think tanks sont étiquetés d’avantage à droite, plutôt de la droite libérale ? Est-ce un hasard, ou une caractéristique due à la nature de leur organisation et de leur fonction ?

En France, le phénomène think tank reste encore méconnu et trop souvent assimilé à un simple groupe de pression ou un cercle de puissants se réunissant pour influer sur la conduite des affaires de l’Etat sans que le citoyen n’ait de prises sur les décisions.

Les think tanks et à travers eux, l’expertise privée ou indépendante, ne sont pas perçus comme une opportunité intéressante et source éventuelle de progrès démocratiques. On mélange le plus souvent la question de la légitimé démocratique à faire des propositions alors que tout citoyen est à même de pouvoir faire ces propositions. Le problème est que la plupart du temps il n’existe aucun lieu pour cela.

Pour autant, il ne faudrait pas tomber dans le présupposé sociologique affirmant que tout le monde a un avis sur tout et possède le capital culturel nécessaire. Participer à un think tank c’est d’abord mettre à disposition une expertise spécifique indépendamment des valeurs véhiculées par ce think tank.

Il est vrai par ailleurs que les think tanks les plus puissants économiquement sont plus souvent marqués à droite en ce qui concerne la France. Tout simplement parce qu’un vrai think tank coûte beaucoup d’argent et que souvent les fondateurs sont des personnalités ayant un fort capital économique et dont les valeurs sont le plus souvent situées à droite. Mais il faudrait nuancer cette approche lorsque l’on considère d’autres pays où la dichotomie gauche/droite recouvre des réalités et pratiques politiques bien différentes.


L’OFTT étudie l’émergence du phénomène des think tanks en France comme ailleurs. Quels sont par-delà cette simple présentation les enjeux de l’OFTT ?

L’Observatoire Français des Think Tanks est une association de loi de 1901 composée, pour le moment, exclusivement de bénévoles. Elle a été créée en 2006 par un groupe de jeunes professionnels qui ont fait le constat que ce type de structure était quasiment inconnue en France et ce malgré le rôle qu’elle pouvait jouer à la fois en France mais surtout au niveau européen et bien évidemment dans d’autres pays comme les Etats Unis.

Notre vocation est de fournir un espace de réflexion privilégié autour de cet "animal politique" et de manière plus large d’analyser le parcours des idées au sein des régimes démocratiques ou non. Notre intérêt pour la chose publique est avant tout ce qui nous rassemble au sein de l’association.

Toutes nos productions (magazine, dossiers pays, interviews..) sont accessibles librement sur notre site internet. Pour le reste, je vous renvoie à notre page de présentation qui présente plus longuement la raison d’être de l’OFTT.

Suivre la vie du siteInterview de Selim Allili sur le site Darwineo.com

Suivez-nous !

Copyright Observatoire des think tanks - Powered by SPIP, Feat.B_HRO - Mentions légales