Observatoire européen des think tanks Think tanks and civil society : because ideas matter

Accueil > Think tanks > Généralités > Entretiens > Tita A. Zeïtoun - Le CAC 40 au féminin

Tita A. Zeïtoun - Le CAC 40 au féminin

19 octobre 2006 par Claire MOREL

Dirigeante d’un cabinet d’expertise comptable et de commissariat aux comptes, Tita Zeitoun préside l’association Action de femme. Son action : rappeler à ces messieurs du CAC 40 qu’ils auraient tout intérêt à faire un peu plus de place aux dames en conseils d’administration.

« Tita, c’est la seule femme qui ait des couilles ». Commentaire d’un grand patron client de Tita A. Zeïtoun. Le plus beau compliment qu’on puisse lui faire. A 57 ans, cette dirigeante d’un cabinet d’expertise comptable et de commissariat aux comptes ne peut plus supporter les « bonjour la belle Tita » et autres mièvreries des pdg machos… Il y a dix ans, elle a décidé
de ne plus laisser passer les réflexions douteuses et de montrer à ces messieurs que les femmes ont leur place en conseils d’administration. « En 1995, lors d’un conseil d’administration 100% masculin, comme beaucoup, je suis intervenue pour donner mon avis sur les comptes de la société, le dirigeant m’a répondu que c’était la seule chose qu’il ne fallait pas dire… Et personne dans l’assemblée n’a demandé pourquoi ! A ce moment là, j’ai pris conscience qu’une femme aurait posé la question,
et j’ai décidé de militer pour la promotion des femmes en conseils d’administration. » Elle créé en 1997 l’association Action de femme. Depuis, tous les ans, les patrons des entreprises du CAC 40 reçoivent un courrier leur expliquant qu’ils ont tout intérêt à intégrer des femmes dans leur conseil d’administration. Les arguments ? Pour la modernité, l’équilibre, la complémentarité, et aussi parce que souvent les femmes accélèrent les choses… « Les hommes de pouvoir ont peur des femmes car ce sont des empêcheuses de tourner en rond ! Les femmes perdent moins de temps, car elles en ont moins et elles sont moins omnibulées par le pouvoir ».

Ca ressemble à un discours féministe, mais ça n’en est pas un… Robe décolletée, talons, veste brochée de sa légion d’honneur, Tita est en fait un garçon manqué qui veut rétablir l’équilibre homme-femme en douceur… « Chez Action de femme, nous sommes moins militantes que chez les féministes, nous voulons simplement que la femme soit considérée comme l’égal de l’homme en entreprise. On m’a appris à mettre des talons, mais dans mon travail je me comporte comme un homme et il n’y a jamais eu d’ambiguïté. L’entreprise est un milieu de mecs, je sais qu’il faut s’y adapter, je me suis même intéressée au foot pour m’intégrer ! » Alors, si le décolleté de Tita est plongeant, l’attitude est « asexuée » dans les bureaux, « les femmes séductrices qui minaudent au travail desservent la cause féminine ». Loin des sourires enjôleurs, Tita préfère jouer les garçons manqués... « J’ai toujours été entourée de garçons. Petite, en Tunisie, j’étais dans une école mixte, en études supérieures, j’étais entourée d’hommes et maintenant tous mes clients sont des hommes. J’ai appris à m’imposer en tant que technicienne : pour faire sa place en milieu d’hommes, il faut qu’ils oublient que vous êtes une femme ! » Difficile pourtant de faire oublier sa féminité dans les bureaux à neuf mois de grossesse…

« Si il y a un changement de mentalité évident chez les trentenaires, la grossesse est toujours un frein à la carrière… Quand je vois mes garçons de 26 et 28 ans, je me rend compte que leur vision de la femme a changé mais en entreprise, une femme de 30 ans sera toujours défavorisée à cause de son éventuelle envie de bébé. Notre action de femme a encore de beaux jours devant elle… »

Claire Morel

Suivez-nous !

Copyright Observatoire des think tanks - Powered by SPIP, Feat.B_HRO - Mentions légales