Observatoire européen des think tanks Think tanks and civil society : because ideas matter

Timbro

18 juin 2008

Le think tank suédois Timbro fêtera son 30e anniversaire cette année, ce qui fait de lui le plus vieux think tank indépendant et non-institutionnel de Suède. Ironie pour un pays à la longue histoire sociale-démocrate, ce think tank affiche clairement ses positions libérales ou « free-market ». Il faut entendre derrière ce vocable une volonté forte de diffuser les valeurs libérales d’un point de vue économique dans la mesure où le positionnement et les thématiques développés concernent pour beaucoup des enjeux économiques. Ces valeurs reposent sur un corpus idéologique bien ancré dans cette famille de pensée, à savoir : valorisation de la libre entreprise et des libertés individuelles, valorisation de l’individu au profit du collectif, limitation du pouvoir et du périmètre d’action de l’Etat passant par une réduction drastique des prélèvements obligatoires qui freinent, selon le think tank, l’émergence de nouvelles entreprises et de nouveaux talents.

Pour comprendre l’émergence d’un tel think tank dans une société fortement marquée par le socialisme et l’égalitarisme, il faut rappeler qu’il a été créé par des membres de la société civile en réaction à un Etat suédois qu’ils estimaient omniprésent.Timbro est donc le résultat d’une expression démocratique qui ne trouvait pas de débouchés au niveau institutionnel. Sur l’échiquier politique,Timbro se classe à droite même s’il réfute tout lien de dépendance, intellectuelle ou matérielle, avec les partis politiques représentant cette tendance. Le think tank suédois dispose d’une quinzaine de collaborateurs plus un réseau de free-lancers pour un budget affiché de 18 millions de couronnes suédoises (soit environ 2 millions d’euros). Cet argent provient essentiellement de la Swedish Free Enterprise Foundation, qui elle-même dépend de la Confederation of Swedish Enterprise. En réponse à notre question sur la perception du rôle de Timbro comme think tank, Bill McCormac, chargé des relations extérieures, déclare :“We are not a public policy institute like you would find in the US (AEI, Heritage, etc.), nor do we have direct links to political parties.We are focused on introducing ideas into the public discourse and impacting the public debate”.

Nous noterons une certaine volonté de se distinguer de ce que l’on peut appeler les advocacy tanks,véritable machine idéologique,tels que l’AEI (www.aei.org) et la Heritage foundation (www.heritage.org). Même si la provenance des fonds ne laisse aucun doute sur les intérêts défendus, il est arrivé par le passé que Timbro travaille en étroite collaboration avec des think tanks suédois classés à gauche sur des problématiques qui les rassemblaient (internet, cc_tv ou encore les problématiques liées à la surveillance gouvernementale). Au fil des ans, le think tank suédois est devenu la référence en matière de défense des valeurs libérales en Suède, tant et si bien qu’au début des années 1990, la gauche suédoise a dû créer un think tank progressiste, Arena (www.arenagruppen.se), afin de renouveler et de moderniser la pensée socialedémocrate pour ainsi contrecarrer l’influence grandissante de Timbro dans le débat public. « Nous ne sommes pas un institut de politique publique comme on peut en trouver aux Etats-Unis (AEI [American Entreprise Institute, ndlr], Heritage, etc.), nous n’avons pas non plus de lien direct avec un parti politique. Notre but est d’introduire des idées dans le discours public et d’influer sur le débat public. »

Suivre la vie du siteTimbro

Suivez-nous !

Copyright Observatoire des think tanks - Powered by SPIP, Feat.B_HRO - Mentions légales